L’artifice d’un ciel bleu

Plus qu’envoûtant

Depuis la chambre.

Simplifiée, neutre

Cette part du monde.
Le livre en est étroit

Infinie l’exégèse :

L’éclairage, l’horizon

Font le jeu de la raison.

               *

A la lunette :

Splendeurs et décadences.
Des pourpres, des cramoisis

Brutaux ou civiques.

Des fossiles, des ombres par légions

En espérance de réincarnation

Sur la scène de cet amphithéâtre

Majestueux, au dernier rang duquel

Nous prenons place, nouveaux venus,

Troublés

De l’antique humanité

Du lustre ambigu

De ces fantômes éloquents du fond des âges.

     *

Voici qu’à la fenêtre

L’aujourd’hui tonne ou pépie

Et toi tu réponds au Hasard qui tinte

Comme aux aubades du Temps.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s