À mon modoux  a répondu

Merci Hélène 

 

Ni je t’embrasse  comment vas-tu  et  que fais-tu

Oh  plus jamais  comment vas-tu

Ni  Où es-tu

Depuis depuis  qu’Elle  elle n’est plus

Elle  la femme jadis si belle

Qui par les prés et par les pierres

Volait  filait

Échafaudant les longs demain

La vie si pleine

Les pétrissant  les retournant

Toutes ses mains y fourrageant pâte vermeille

Elle  la mère

 

Deux mots

Merci Hélène

 

Mais a signé

Un p  un a    un p  un a

comme chevaux dans un manège

2 p  2 a  en minuscules

Chevaux de bois  comme autrefois

Autrefois en son temps à Elle

 

 

Et pour ce p et pour ce a

En minuscules et redoublés

petits chevaux dans le manège

Ses yeux si las  ses yeux débordent

Et elle écrit

 

« Merci mon père pour tes chevaux

Chevaux de bois dans le manège

Leur ronde douce

Et pour tes bras qui me soulèvent

Souliers vernis et velours bleu

Et me déposent en ronde folle

En ronde folle dans le manège

Merci mon père

Merci papa

Hélène « 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s