Floues, leurs silhouettes, leurs visages se superposent et se confondent. Dans l’ombre d’une entrée cochère, poussant la lourde porte ouvragée d’un immeuble bourgeois, elles me tendent la main d’une histoire possible. Elles entretiennent l’illusion d’une passion improbable, puis se dérobent, légères, le sourire amusé comme un voile de gaze. Elles sont la passante éphémère et fugace de Baudelaire, un mirage, une brume, la morsure de sel, l’éclat de mémoire qui rappelle le récit interrompu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s