La porte  constitue dans l’histoire  un des mots (et des lieux) les plus chargés de sens et de significations symboliques. Ce constat est peut-être plus évident encore dans le domaine religieux. La porte est le lieu du franchissement qui permet d’accéder à un autre espace, matériel et/ou symbolique.

Dans la Rome antique, le dieu Janus est le dieu des commencements et des fins, des  passages et des portes.

Dans la tradition chrétienne, la porte symbolise la révélation « je suis la porte ; si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé »  ( Jean X,9 ).

Dans la franc-maçonnerie, frapper à la porte du Temple représente la démarche pour se libérer du monde profane et  accéder à la lumière.

Dans le langage quotidien le symbolisme de la porte se rencontre en de nombreuses expressions : être à la porte – demander la porte – c’est la porte ouverte ou la porte à côté – de porte en porte – balayer devant sa porte – passer par la grande ou la petite porte – fermer la porte à – frapper à la porte.

Sur le plan poétique et littéraire, la porte rapproche les mots et les choses, dévoile leur rapport secret et derrière elle s’entrouvre différents univers romanesques et poétiques.

Après cette courte introduction, ouvrons maintenant la porte aux nombreuses et riches contributions des participants du BL :

– Stan Dell a écrit et lu un texte de sa composition La vie est un long couloir tranquille

(A lire sur le blog)

– Alain a écrit et lu une poésie de sa composition De porte en porte emportant l’univers infini. (A lire sur le blog).

– Nicole a écrit un texte Les battants, qu’en son absence j’ai lu. (A lire sur le blog)

– J’ai lu deux textes de ma composition Portes (A lire sur le blog).

– Christiane a lu des extraits de Je cherche l’Italie de Yannick Haenel in L’infini (Gallimard)

– Mireille a lu Ecrire au gré d’un accompagnement inachevé de William S.Mervin (Ed.Cheyne) et Semaisons (1984-1994) de Philippe Jacottet (Bibliothèque de la Pleiade)

– Catherine a lu La porte de Léon Paul Fargues

– Jean-Pascal a lu un extrait de La petite Bijou de Patrick Modiano (Gallimard, 2011)

– Laure a lu un extrait de La scène de Novarina (POL).

– Rached a lu un extrait de La porte étroite d’André Gide.

– Vous trouverez également sur le blog un texte d’Antonia C’est le vent  qui aurait dû être publié après le BL sur le feu.

Après cette profusion de textes très variés, nous nous sommes donné rendez-vous pour le prochain et dernier  BL de la saison  2014-2015,  le mercredi 24 juin en décidant qu’exceptionnellement il n’y aura pas de thème proposé.

Bon vent littéraire.

François Minod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s