Au début du BL, Jean Pascal a présenté le dernier livre de Christine Angot,  Une semaine de vacances,  Flammarion 2012, nouvelle version de son précédent ouvrage L’inceste , Stock 99. (Nous attendons le script de la communication de JP)

Après cette présentation et quelques échanges fort intéressants, J’ai souhaité introduire le vaste thème du secret en faisant référence au secret du Graal, présent dans la littérature médiévale et notamment dans  l’œuvre de Chrétien de Troyes,  Perceval ou le conte du Graal , qui appartient aux récits arthuriens. L’œuvre de Chrétien de Troyes, non achevée de son vivant, va exercer une influence considérable sur la littérature médiévale et l’histoire de Perceval  va être  poursuivie par de nombreux épigones, entre autres  Wauchier de Denain, Gerbert de Montreuil,  et en Allemagne médiévale par Wolfram von  Eschenbach  (Parzival qui a influencé Wagner).

Ce qui est intéressant dans  ce roman épique (écrit en vers), c’est le statut du secret lié au sacré.  Le secret apparaît comme la quête d’un savoir qui achoppe. Au centre du processus, la question (à propos du graal d’or) que Perceval ne pose pas à son hôte, le Roi Pêcheur, avant qu’il ne meure.  Chez Chrétien de Troyes, le graal est un objet merveilleux, mais son secret se cristallise dans le silence.

Les continuateurs de Chrétien de Troyes changeront la perspective et  se détacheront de la question pour se focaliser sur la réponse, signe d’une réalité supérieure (le graal). Mais la connaissance n’est jamais vraiment dévoilée et le secret est la condition même de la continuation du récit.

A titre indicatif et pour ceux qui sont intéressés par la lecture psychanalytique des mythes, permettez-moi  de mentionner  le livre de Henry Rey-Flaud : le sphynx et le Graal  (editions Payot) dans lequel  l’auteur évoque, je cite « deux registres du mystère, le secret, vecteur du désir, et l’énigme, lourde d’une jouissance sacrilège. C’est ainsi que l’énigme du Sphinx s’oppose au secret du Graal : au moment où au Château du Roi Pêcheur le chevalier Perceval a la révélation d’un Graal mystérieux, il reste en arrêt, retenant la question qu’il a sur les lèvres et qui va signer la mort du royaume arthurien. A rebours, le destin d’Œdipe est marqué par une parole en trop : la réponse qu’il donne au Sphinx, injure au symbolique qui initie la série des crimes et suscite finalement le déchaînement de la peste sur Thèbes. »

Mais sans doute, je m’égare un peu en sortant de l’aspect strictement littéraire, encore que la littérature ne soit pas un champ clos et ce qui se dit sur les mythes, fût-ce de coloration psychanalytique a à voir avec la chose littéraire.

Une fois faite cette introduction que je n’avais pas pris le temps de formaliser au BL, je passerai sur tous les écrivains qui se sont intéressés au secret, (secrets d’alcôve, secrets d’état, secrets ésotériques, secret de famille…)  la liste serait trop longue et j’en serai bien incapable.

Je me contenterai d’indiquer la liste des contributions faites durant notre dernier  BL :

– Nicole a lu un texte de sa composition Le secrétaire (en fichier-joint)

– Stan (alias Jean Jacques a lu un texte de sa composition Impasse des secrets (en fichier-joint)

– François a lu un texte de sa composition Polichinelle (en fichier-joint )

– Mireille a lu un texte de sa composition Confusion (en fichier-joint)

– Sonia a lu un texte de sa composition Le secret (en fichier-joint)

– Christiane a lu un texte de sa composition Chut, c’est le secret (en fichier-joint)

– Patrick a lu un texte très court de sa composition (non communiqué) Secréter ses secrets

– Rached a lu L’âme et le bœuf et le maître de Labour, in Les mille et une nuits, traduit par CharlesMardrus.

– Lise n’a pas eu le temps de lire un extrait de L’assassinat de Yasmina Khadra, Juliard, car elle devait prendre son train. Dommage, j’aurais dû lui proposer de lire avant son départ.

– Catherine a lu Capitale de la douleur  et Comme une image de Paul Eluard.

– Françoise nous a vivement conseillé de lire le livre de Boris Cyrulnik  Sauve-toi, la vie t’appelle, éd. Odile Jacob, 2012.

– Brigitte a lu un  extrait de Barbe bleue d’Amélie Nothomb.

– Jean Pascal a lu des extraits de L’horizon de Patrick Modiano , P.32-37 (Gallimard)

– Jeanne a lu des extraits de Un secret de Philippe Grimbert

– Naima a lu un extrait de Tao-Tö King de Lao Tseu

Ouf ! C’est fini. Le nombre de contributions est impressionnant, ce qui montre l’intérêt que porte notre petit groupe à la chose littéraire.

A tout bientôt.

Littérairement vôtre.

François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s