À force d’observer une momie

On déroule ses bandelettes.

Et voici que femme ou chat

Hiératiques mais non oisifs

Vaquent strictement à leur tâche

Cueillette chasse ou parure

Insoucieux du çà du là

Ni de nos yeux sur l’autre rive.

Il arrive que leur majesté

Démesurément élancée

Progresse à pas amples vers une cérémonie.

Nattes d’écorces ou de roseaux

Déploient alors vacantes

L’attente immémoriale de notre rencontre

Aux temps abolis.

À les bien considérer

Les masques s’animent eux aussi

Pourvu qu’on fixe les trois trous de leur visage

Qui dansent au rythme de pagaies polies

Selon un rythme ancestral – silencieux.

Aux jours solennels leur aréopage

S’empreint de gravité tumultueuse.

Il n’est alors d’yeux ni de langue qui ne s’enflamment :

Douteuse curiosité des morts-vivants

À notre apparition

En chair et en os.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s