Le pas des portes est leur demeure

En attendant l’aiguille de nuit.

Paso-doble, paso-doble

Et les murmures qui tintent à l’intérieur ?

Les rais d’un lumineux ailleurs ?

Sourds aux séductions angéliques

Aux casuistiques fantomatiques

Sur le seuil ils guettent au frais

L’aventure des jeunes pas.

Juste un nouveau tempo

Un enjouement les surprend ?

Paso-doble, paso-doble

La cadence. Suspens et ressauts.

Au compas de nos chassés

Le cœur se desserre.

Chaque passe dissipe son ombre

Et la poussière des mémoires

Paso-doble, paso-doble

Bientôt s’envolent les tourterelles du soir.

Paso-doble, paso-doble

Place nette à la danse de Nuit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s