Le poisson rouge dans son bocal bleu circule, virevolte, nageoires épanouies,

Les paroles bruissent légères en surface,

Soudain

Clic, clac.

Et se referme

Un épais rideau de mots violents,

Saccadés, discordés, irradiés, derrière le zinc des amitiés

Des éclairs zèbrent l’air,

Un air de rien,

Pas un air de bien, oh non

Un air irrespirable, étouffant ;

Et, soudain, inattendue,

Une pensée, légère, subtile, surgit,

Volcanique aussi,

Quel mot m’étouffe ?

De quel droit ?, Allez, vite, une gauche,

Et une autre, et encore une gauche, un uppercut, un crochet

Déchirant l’écran venimeux.

Alors, brillant, étincelant, inouï,

Il apparait, cet horizon de nos désirs

Nos désirs parfois arrêtés, souvent vivifiés,

Dans leur source toujours inaltérée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s