Dans ce long couloir, je marche d’un pas soutenu, les yeux fixés vers la ligne au loin. Je ne suis pas sûr d’arriver à temps, il faut que j’accélère, l’annonce du départ va se faire, je ne vais pas réussir, je vais perdre mon pari.

Mais non, mais non, allez avance, plus vite, tu y es presque.

Je me mets à courir, les yeux rivés sur le panneau qui clignote, j’y suis presque, je vais franchir la ligne, encore un effort, je bouscule une dame, son chien  aboie, je n’ai pas le temps de m’excuser, la ligne est à portée de jambes.

Vas-y, vas-y, il reste une poignée de secondes.

Ca y est, j’ai réussi, j’ai gagné mon pari, j’ai franchi la ligne avant l’annonce électronique.

Derrière la ligne, le ballet habituel des valises à roulettes.
Je fais demi-tour et d’un pas décidé je m’engouffre  dans ma nuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s