–   Dis-moi Sigmund, c’est encore loin ?

–   Non Jeff, regarde, on le voit.

–   C’est vrai mais tout de même…

–   Tout de même quoi ?

–   Ca fait bien deux heures que nous marchons, non ?

–   Oui, et c’est plutôt bon signe.

–   Tu trouves toi ?

–   Ben oui, ça veut dire qu’on s’en approche, logique non ?

–   Dit comme cela, je te suis.

–   Et toi Karl, tu suis toujours n’est-ce pas ?

–   Oui, c’est capital pour moi d’y aller.

–   Quand je vous ai vu tous les deux hier soir, ébahis devant le coucher du soleil, je me suis dit, «il  faut que je les y emmène ».

–   Sûr que c’était notre rêve.

–   Je suis d’accord avec Karl mais tout de même, ça devient long.

–   Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. La Fontaine.

–   Ca tombe bien j’ai soif.

–   Non, je parle de Jean.

–   On s’en fiche des gens, elle est où ?

–   Jean de la Fontaine !

–   Ah oui, le type à fables …

–   C’est possible, je ne l’ai pas connu.

… Plus tard …

–   Dis-moi Sigmund, t’es sûr qu’il ne recule pas pendant que nous marchons au moins …

–   Impossible Karl. C’est une ligne.

–   Et alors ?

–   Tu as déjà tracé une ligne par terre ?

–   Ben oui, pourquoi ?

–   Elle se déplaçait ?

–   Ben non.

–   Alors, celle-ci non plus, logique, non ?

–   Pourtant, on parle souvent de bouger les lignes.

–   Oui, quand on les pousse elles bougent. Mais seules, comment veux-tu qu’elles se déplacent ?

–   Dit comme cela, je te suis.

–   Je pense à autre chose Sigmund.

–   Oui Jeff …

–   Si c’est vraiment une ligne, elle devrait être inscrite sur la carte et moi je ne l’ai jamais vue.

–   Soit tu n’avais pas la bonne carte, soit tu as mal regardé. Karl, comme moi tu l’as déjà vue la ligne tracée sur une carte n’est-ce pas ?

–   Sur la carte des Vosges ?

–   Pourquoi des Vosges ?

–   La ligne bleue, c’est là-bas, non ?

–   Non les Vosges, c’est à l’est et nous on est à l’ouest !

–   Ca, je le sais, on me le dit souvent.

–   Y a autre chose à propos de la ligne, Sigmund.

–   Vas-y Jeff !

–   Si elle ne recule pas, je me dis que ceux qui habitent derrière chez nous ont plus de chance que nous.

–   Derrière chez nous y a personne, tu sais bien que nous vivons en rase campagne.

–   Je veux dire loin, beaucoup plus loin derrière.

–   Admettons et pourquoi cela plus de chance?

–   Parce que leur ligne à eux est moins loin que la nôtre.

–   T’as raison Jeff, mais à condition qu’ils partent de chez nous pour s’y rendre.

–   N’empêche qu’on y est peut-être, sur leur ligne à eux.

–   Avec des si….

–   On pourrait s’imaginer qu’on habite chez eux, je veux dire avec leur adresse tout en vivant chez nous, et le tour serait joué.

–   Tu sauras que l’on ne fait jamais le tour de la ligne.

–   On la franchit, c’est cela ?

–   Non Jeff, surtout pas ! On la longe.

–   Elle n’en finit plus alors.

–   C’est ce qui en fait l’attrait.

–   Tu veux dire le trait ?

–   Le trait pour tour oui.

… Plus tard …

–   T’es sûr qu’on prend à droite, Sigmund ?

–   Certain. C’est un raccourci.

–   Je croyais que le plus court chemin entre deux points était la ligne droite …

–   Tu oublies que nous n’allons pas vers un point mais vers une ligne.

–   Mais une ligne ça passe par des points non ?

–   Point d’exclamation excessive, Jeff.

–   N’empêche qu’à droite on ne prend pas la ligne droite, un point c’est tout.

–   Non, ce n’est pas tout. Tu oublies une chose Jeff, la terre est ronde, et les lignes épousent les rondeurs de la terre. Logique non ?

–   Dis comme cela, je te suis, mais alors pourquoi plus à droite qu’à gauche ?

–   A cause de la rotation de la terre qui nous entraîne naturellement vers la droite.

–   Si c’est ta ligne de conduite, je te suis.

… Plus tard …

–   Il doit y avoir un beau point de vue sur la ligne…

–   Non, Jeff. Là-bas, il n’y a plus rien à voir.

–   C’est comme un mur, c’est cela ?

–   Oui, le mur du son, c’est là-bas, sur la ligne.

–   Il faudra tendre l’oreille alors.

–   Pas la peine, la ligne est sur écoute.

… Plus tard …

–   On prend encore à droite, Sigmund ?

–   C’est un autre raccourci.

–   On a bien fait d’y aller avec toi.

–   C’est vrai que la route de la ligne je l’ai bien en main.

–   La ligne de ta main nous mène à notre destin.

–   Ca c’est joliment dit Karl !

–   Comme il se doit.

–   Dis-moi Sigmund,  à propos de destin, on y restera longtemps sur la ligne ?

–   Jusqu’à ce que l’ennui se fasse jour.

–   Ca se compte en jours ton histoire d’ennui ?

–   Non, en nuits des temps.

–   Tu veux dire toujours ?

–   Tout jour qui passe avant la toute dernière nuit.

–   La dernière ? Comment le saura-t-on ?

–   Quand la ligne sera trop lourde pour que le jour se lève.

… Plus tard …

–   Sigmund, on a un problème.

–   Quel problème, Jeff ?

–   Y a des trucs sur la ligne.

–   De la friture ?

–   Non, on dirait un bâtiment.

–   J’entends bien.

–   Mais il n’y était pas hier soir.

–   Si mais tu ne le voyais pas, à cause du soleil.

–   Et tu le savais toi …

–   Parce que j’y suis déjà allé sur la ligne.

–   Mais c’est le même bâtiment que chez nous !

–   C’est ce qu’on appelle une ligne architecturale.

–   Sigmund, le type devant le bâtiment, on dirait le directeur.

–   C’est lui.

–   Le directeur ici ? C’est un peu gros non ?

–   Non, Jeff, il garde la ligne.

–   La ligne d’arrivée ? Nous y sommes alors …

–   Au bon point, à la ligne oui !

–   Et tous ces gens en blouse blanche ?

–   C’est la ligne vestimentaire du Comité d’accueil.

–   Nous avons réussi. C’est émouvant.

… Plus tard …

–   Sigmund, venez par ici, j’ai deux mots à vous dire.

–   Oui, Monsieur le Directeur.

–   Qu’est-ce qui vous a pris d’entraîner vos deux camarades dans cette échappée ?

–   Ils en rêvaient Monsieur le Directeur. Vous devriez me remercier, maintenant ils savent.

–   Et que savent-ils ?

–   Que leur horizon est ici.

Stan Dell

Avril 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s