– Je ne peux pas en parler, c’est un secret

– Allez, à moi tu peux le dire ton secret.

– Il m’a dit que c’était totalement confidentiel

– Confidentiel, ce n’est pas secret

– Pour moi si et pour lui aussi d’ailleurs, il me l’a dit.

– D’accord, d’accord, mais tout de même, à moi tu peux le dire, tu me connais, je ne suis pas du
genre à.

– Non ça, je le sais, depuis le temps que je te connais, je sais que tu n’es pas du genre à, mais tout
de même.

– Soit, c’est toi qui vois, si tu ne veux pas…

– Ecoute, si je te le dis, tu me promets.

– Pas besoin de promesses, ça va de soi, je te l’ai déjà dit, je ne suis pas du genre à.

– D’accord, d’accord, je sais que tu n’es pas de ce genre là, mais tu sais, on ne sait jamais, des fois
que.

– Ah, c’est sûr, le « des fois que », c’est très difficile à maîtriser.

– Tu vois, il ya un risque.

– Certes, mais tout de même, le « des fois que » c’est exceptionnel.

– Quoique…

– Donc, tu veux le garder ton secret, des fois que ?

– Ecoute, tu es un ami, et je sais que.

– Alors tu me le dis ?

– Oui, oui, je te le dis, simplement je te demande vraiment, en tant qu’ami, je veux dire en tant
que mon meilleur ami, enfin, tu vois ce que je veux dire, l’ami suprême, le confident, celui à qui
on peut dire ce qu’on ne dirait à personne d’autre, je te demande donc.

– De ne rien dire.

– C’est cela oui, ne rien dire, même si.

– Tu peux compter sur moi, je ne dirai rien.

– Même si ?

– Je m’y engage.

– Tu es sûr ?

– Je m’y engage, point.

– Merci.

Un temps

– Et alors ?

– Alors quoi ?

– Eh bien le secret.

– Ah oui, c’est Polichinelle

– Mais ce n’est pas un secret

– Si, si, c’est le secret de Polichinelle.

– C’est lui qui te l’a dit ?

– Oui, lui en personne.

– Polichinelle ! Il existe donc pour de vrai ?

– Ben oui, c’est ça son secret.

– En chair et en os ?

– Tout à fait, je l’ai vu à Naples avec sa bosse, son gros ventre et son masque blanc.

– Au théâtre ?

– Non, dans une toute petite rue peu passante, je l’ai reconnu, je lui ai dit Polichinelle !
Polichinelle ! Il a fait chut avec son doigt, puis s’est approché de moi et m’a dit : « ne le dites à
personne hein, ça doit rester confidentiel, je compte sur vous, à personne, c’est secret. »

– Ça alors. Du coup, ce n’est plus secret puisque tu me l’as dit.

– Oui, mais tu n’es pas censé le savoir, c’est notre pacte secret.

– De Polichinelle ?

– Exactement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s