D’entrailles rouges nous sommes expulsés

Oints de sève violette.

Nous brisons notre ceinture de flamme

Laissant derrière nous l’ombilic calciné.

Mais un autre cercle ou le même,

La spirale amarante des Enfers émaillée

– O jeunesse ! – d’accueillants mirages blancs,

Nous happe, brûlés de soufre et langés d’eau lustrale.

Au bord du cerceau purpurin

Evoluent d’impalpables éphèbes au corps de lait.

Les flots divins parfois embaument quelque vaisseau,

Momie blottie au cœur du rubis éclaté.

Naguère fleurie de violettes et de jasmin,

Notre candeur se consume à la sueur du volcan.

Puisqu’ont roulé les temples sous la lave incarnate,

Qu’un dôme au flanc sanglant de la falaise rappelle l’homme et nous ressuscite !

D’une île hier assombrie l’écho s’enflamme ;

Le soleil ravive le volcan et ton visage de porphyre

Sur la roche cramoisie, tes yeux de lave et d’embruns triomphent du dernier

Cercle

La paix s’engouffre dans la matrice de la terre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s