La scène est bien connue, et c’est même un classique ! Elle lui reproche de ne pas faire preuve

d’attention, de prévenance. Elle lui reproche de la considérer comme n’importe qui…, sans

différence marquée. Certes elle reconnaît que son comportement n’est ni mièvre ni insensible ni

mufle, cependant elle pointe régulièrement qu’il manque de cette sensibilité toute particulière

qui… -décidément elle a toujours du mal à préciser sa pensée- En revanche, ce dont elle est sûre

c’est qu’elle mérite mieux ! Elle parle de précaution, de raffinement…

«Il ne sait pas y faire, voilà c’est cela, il ne sait pas y faire, se dit-elle. Il lui manque ce je-ne-sais

quoi qui ferait toute la différence, qui me distinguerait, et qui me ferait rêver !». Elle ne nie pas

que ses mots et ses gestes soient empreints de finesse et de galanterie. Là n’est donc pas la

question. Mais où est la question ? « Tout est dans la manière ! La manière, insiste-t-elle, c’est

clair !» mais, là encore, elle n’en dira pas plus…

Sa manière à lui, se caractérise par un subtil mélange d’assurance, de charme et de gentillesse,

elle le sait, mais, elle précise alors que, ce qui fait question, c’est plutôt la « justesse de son

expression », et d’en conclure que ses attentions, bien que réelles, ne la touchent pas

« justement ». A vrai dire, plus que touchée, elle préférerait se sentir effleurée. Elle attend le

frisson, le mystère, la distance. Elle aimerait qu’il prenne des gants, et qu’il ouvre l’horizon d’un

voluptueux ailleurs ! Elle sent bien que, malgré son souci de précision, les reproches qu’elle

formule restent vagues. Elle n’ose plus prononcer le mot de… délicatesse ! Elle est d’ailleurs

incapable d’illustrer, et encore moins de définir, ce qu’elle entend par ce mot qui trame et

enchante ses rêves. Dans cette posture de reproche et de revendication, loin d’elle l’idée qu’elle

pourrait se comporter de façon maladroite ! Elle ne sent pas qu’en l’abordant de front, elle

manque de clairvoyance, de nuance, et de… délicatesse ? Elle poursuit dans son aveuglement.

Tente de s’expliquer -car elle ira au bout-. Ce qui l’interroge, au-delà du fait qu’elle ne lui reproche

finalement rien d’objectif, c’est la manière – encore la manière !-, la manière dont il occupe

l’espace, dont il l’emplit, le suture, avec tant de galanterie, de gentillesse. Oui sa prévenance

devient prévisible, intrusive et indésirable ! Sa séduction est entendue !

« Alors finalement, dit-il, suis-je trop près ? ou suis-je trop loin ? »…

Il pourrait en effet s’agir d’une question de distance, de bonne, d’exacte distance -à supposer que

l’on sache comment l’expliciter, comment la mesurer ?

Tout compte fait, lui paraît plus approprié le mot « retenue ». « Du style que diable, du style ! »

En effet, quand paroles et gestes prennent leur force des clairs-obscurs, frémissements

prometteurs, évocations indirectes, suggestions poétiques, alors se dresse la scène de l’intimité,

de l’émotion secrète et partagée, celle des résonances déliées. La scène de la délicatesse ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s