Le soleil a basculé derrière la ligne des tours

                                   L’ombre d’un cycliste s’égare

                                   Et fond dans les ténèbres du terrain vague

 

                                   Des astres électriques bruissant d’insectes

                                   Eblouissent et trompent la nuit

                                   On respire mieux

 

                                   Des cailloux sont jetés défiant la profondeur du noir

                                   Les hostilités éclatent et les chiens hurlent

                                   Des lames affilées lancent des étoiles filantes

 

                                   Des phares et des songes longent les murs

                                   Des cris fusent des coins les plus sombres

                                   Repus les démons s’éclipsent

 

                                   Prises au piège de la toile nocturne

                                   Les ailes des prédateurs se figent

                                   Zébrures opaques projetées sur la porte verrouillée

 

                                   Un poker sous la lune pâle

                                   Des anges veillent au balcon

                                   Une femme baille et prie paupières plombées

 

                                   La trotteuse lézarde autour du cadran

                                   Les oreillers gisent labourés et éventrés

                                   Les corps sont épuisés et les peaux luisent

 

                                   On entend la ville se plaindre

                                   Elle râle sourdement continûment

                                   Les sirènes magnétisent l’angoisse

 

                                   Longue nuit de qui-vive de moiteur et d’ennui

                                   Sas des jours infernaux

                                   Les veilleurs guettent les premières clartés

 

                                   C’est demain tout aussi redouté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s